L’allaitement c’est quoi?

Vous m'auriez demandé cela avant d'avoir donné ma première tétée à mon premier fils, j'aurais sûrement répondu : nourrir son enfant, donner le meilleur pour sa santé... Mais qu'en est-il vraiment? Allaiter, c'est continuer ce lien qui s'est tissé pendant 9 mois! Pendant les 9 mois de la grossesse, ou vous avez senti votre enfant vivre en vous. Pendant 9 mois vous lui avez permis de grandir et de sentir tout votre amour. Ce lien qui a déjà commencé à se construire et grandir sans même vous avoir vu une seule fois, oui ce lien si particulier. Seule une femme qui a porté un enfant peut comprendre cela. Et l'allaitement, vous me direz ? Ah, l'allaitement... c'est tout naturellement le prolongement de la grossesse. Le prolongement en continuant à faire vivre, grandir et épanouir votre enfant avec ce bon lait plein de bonnes choses, mais surtout, l'allaitement c'est continuer à faire grandir ce lien si charnel, si magique, si particulier et pourtant si universel à la fois! L'allaitement ne peut se parler, s'écrire pour le comprendre il faut le vivre tout simplement et naturellement. Ce geste si simple et naturel apporte pourtant bien autre chose que les bienfaits pour la santé. Il apporte ce regard si particulier que votre enfant à au sein, ce petit sourire, ce jeu qu'il fait avec ses petites mains quand il est au sein, se fouinement dans votre poitrine quand il cherche à téter, le réconfort qu'il apporte à chaque fois au moindre petit ou grand malheur, la joie, la complicité, ... Et vous me direz où est le papa... Le papa, il a le rôle le plus important, le soutien! Notre béquille, l'épaule ou l'on peut se poser quand on a un doute, un souci, une angoisse ou dans des moments difficiles... Son regard plein d'amour, d'assurance et de fierté est tellement important à nos yeux! Un papa épanoui par l'allaitement, c est quoi ? C'est un papa qui n'arrête pas de parler de l'allaitement à tous ses amis, famille, collègues de boulot (lol) ou même une simple connaissance! Il prône à tout va et qui le veut, les bienfaits de l'allaitement, il est fier de dire que sa femme allaite son enfant, que son enfant est en pleine forme... et il se permet même de donner des conseils avérés sur le sujet! Ce papa il nous épate!!! Nous rend fière de lui, de moi et de nous. Alors l'allaitement c'est quoi? Le mieux c'est de le vivre pour le comprendre.

Une réflexion au sujet de « L’allaitement c’est quoi? »

  1. Première visite du quatrième mois de la première grossesse: « vous voulez allaiter? » « euh, si je peux… » « vous n’êtes pas assez motivée, vous n’y arriverez pas! »
    Comment peut-on répondre à cette question à ce moment-là? Comment peut survivre et s’épanouir l’ébauche de réponse, l’envie, le souhait pendant les encore 5-6 mois qui restent avant la naissance après cette affirmation négative-là?

    C’est comme si on demandait à une « pré-adolescente » de 10 ans qui commence avec joie et anxiété à voir fleurir le début de ses seins: « est-ce que la première fois que tu feras l’amour avec ton amoureux tu seras au-dessus ou en-dessous? » ou quelque chose du genre!

    En début de grossesse, la sensation est toute nouvelle, on sens à peine le « bébé » bouger ou pas encore, les formes commencent à s’arrondir, le corps et le psychisme sont souvent sens dessus-dessous et on nous demande de se positionner sur un évènement certes majeur (la relation avec notre futur bébé encore à l’état de « crevette ») mais qui arrivera dans une éternité sans avoir jamais vécu cela, et souvent sans même l’avoir jamais vu en vrai! Comment peut-on?

    Pour certaines, c’est évident qu’elles allaiteront: elles l’ont été, elles l’ont déjà vu, elles le ressentent déjà au plus profond d’elles-même; pour beaucoup d’autres, c’est beaucoup plus flou: c’est « bien de le faire » , c’est « ce qui est meilleur » pour l’enfant, mais en quoi cela consiste, qu’ai-je envie et surtout qu’AURAI-je envie à ce moment-là?

    « Une chose à la fois, chaque chose en son temps  » disait mon grand-père quand j’étais petite. Laissons-nous le temps. Le temps de se vivre enceinte, le temps d’imaginer son bébé, le temps de se cocooner, de se préparer en couple à accueillir ce bébé encore imaginaire, de vivre l’instant tout en imaginant progressivement la suite.

    L’allaitement peut être simple si la rencontre entre le nouveau-né et sa mère n’est pas perturbée, si la nouvelle mère est accompagnée avec douceur, écoute et compétence, si le nouveau père soutient et entoure ce petit monde, s’il ne se vit pas en concurent avec le bébé mais bien à sa place de protecteur-constructeur de Vie.
    Et si l’alchimie de la Rencontre se fait en décalage avec les instants physiologiques, si l’envie d’allaiter vient après les fameuses 2h après la naissance, même s’il y a eu un « médicament (« médicament »: que soigne-t-on?) coupe-lait » de pris, l’allaitement est toujours possible, avec un peu plus d’aide peut-être , mais possible.
    Les premiers instants sont magiques, ils ne sont pas toujours transcendants, les débuts peuvent être cahotiques, ce n’est qu’un passage. Comme les contractions de l’accouchement qui amènent au bonheur de la Naissance. Les semaines d’allaitement passent et cela devient « facile » si ça ne l’était pas déjà au début (pour moi vers 1 mois et demi), cela devient agréable (pour moi vers 3 mois) puis franchement « le pied », apportant beaucoup de plaisir (pour moi vers 6 mois).
    Et la question peut venir alors de « pourquoi arrêter? » jusqu’à ce que la réponse vienne d’elle-même à un moment donné, différent d’une femme à l’autre, d’un bébé à l’autre: « parce que l’enfant ne tête plus ! »(sevrage « naturel ») ou « parce que au fond de moi, là, je n’en n’ai plus envie et je suis bien avec ça ». Et c’est chouette!

    Et cette histoire de « motivation »! Ce n’est pas pour allaiter qu’il faut être motivée, la plupart des femmes allaitent dans le monde sans motivation particulière ni notion de « devoir à accomplir » comme on l’entend parfois! Non, là où il faut être « motivée » chez nous, c’est pour se battre contre les idées reçues, l’entourage pas toujours porteur et ses questions-types du genre: « il pleure encore, tu es sûre qu’il a assez mangé?! ». Motivée pour avoir l’énergie suffisante pour trouver son chemin dans la broussaille des conseils contradictoires, aussi nombreux que les personnes qui nous les ont donnés, à un moment où justement, de l’énergie, on n’en pas toujours assez à notre goût et où on demande juste un peu de soutien pour re-charger nos batteries de confiance en nous et en notre bébé.

    Il est plus facile d’allaiter « sans motivation » dans une culture où l’allaitement de 2 ans est la norme sociale que dans une culture où l’on crie au loup dès que le bébé passe les 2 mois. (et où il est censé également dormir toute la nuit sans se réveiller, seul, savoir attendre, rester seul , savoir ne plus pleurer, manger 4 fois par jour pas plus etc… ce que énormément d’adultes ne savent pas faire, eux…).

    Pour cela la grande tétée est une magnifique initiative qui année après année va permettre (j’espère de tout mn coeur!!) de sortir l’allaitement maternel de cette histoire de décision et de motivation, de mères nourrissières « forces de la nature » qui ne sont pas femmes en même temps, sortir l’allaitement des chambres de maternité.

    Allaiter en public ensemble, avec les accompagnants de premier plan que sont les nouveaux pères, les grand-mères ( à Annecy il y en avait!); les frères et soeurs permet petit à petit de modifier la vision de l’allaitement, modifier la culture.

    Passer de l’effort d’allaitement au PLAISIR d’allaitement.

    Alors l’allaitement c’est quoi?

    Le mieux c’est de le Vivre pour s’y Plaire.

    Rachel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *