Archives par mot-clé : public

Un geste si naturel …

Allaiter en public ! Un geste tout aussi naturel qu’allaiter chez soi ! Pourquoi se poser la question ? Allaiter, c’est nourrir son enfant de la façon la plus naturelle qui soit, c’est vieux comme le monde et bien plus largement pratiqué à l’échelle mondiale que le biberonnage. Pourquoi s’en offusquer ici, aujourd’hui? Il ne s’agit pas vraiment du fait d’exhiber ou non sa poitrine . D'abord, n’en déplaise à ceux qui fantasment, on ne voit pas grand bout de sein quand une femme allaite en public, étant donné qu’elle est en génèral vêtue, et que l’enfant a dans sa bouche (opaque en principe, chez les humains) le petit rien qui dépasse. Quand bien même certaines seraient encore génées ou voudraient afficher leur volontée de ne heurter personne, il existe des sous-vètements, des vètements spéciaux très couvrants, pour la circonstance et pour les plus fauchées, un foulard ou mouchoir détournent les yeux indiscrets. Mais non, le problème n’est pas là . C’est l’animalité du geste qui dérange, nous dit-on. C’est le geste- même qui serait impudique ? Ah bon ? L’animalité Dans nos sociétès, qui pratiquent largement le topless à la plage, le string qui dépasse du pantalon taille basse, et les t-shirt au dessus du nombril percé, dans un monde où les panneaux publicitaires utilisent le sexe pour vendre yaourts ou autres voitures , l’animalité dérangerait? Ne soyons pas dupes, s’il vous plaît. Ce geste s’est mis à choquer aujourd’hui, un geste que l'on voit dans toutes les églises catholiques, (la Vierge à l'Enfant) garantes culturelles chez nous de bonne moralité, non pas parce qu'on y devine la poitrine de la femme, (on la voit mieux ailleurs !) non pas parce qu'il nous rappelle nos origines animales, (on adore les pratiques de bien-être qui nous reconnectent à notre nature) mais simplement parce qu'il est trop rare. Il affiche trop sa différence, sa gratuité, sa liberté. C'est vrai ! De quoi a-t-on besoin pour allaiter ? Une maman, un bébé¦ et c'est tout !!!! On peut aller partout sans s'encombrer, on n'est jamais pris de court par un retard de bus, un oubli de clès, un épicier fermé, ou un tupperware percé ! On est libres !!! On ne coûte ni ne rapporte rien à personne : c'est si rare ici de nos jours ! Rien d'étonnant d'être alors la bête à abattre !