L’INPES publie un guide de l’allaitement maternel

inpesElle est là ! Toute chaude, toute belle… virtuelle mais déjà disponible !

La nouvelle brochure de l’INPES a été réalisée par des professionnels de la santé, des membres d’associations et d’institutions qui œuvrent pour la promotion et le soutien à l’allaitement maternel en France.

Des choix importants semblent avoir été fait : « exit », par exemple, la physiologie de l’allaitement au profit de thèmes moins souvent abordés tels que le don de lait au lactarium, le co-allaitement, la mycose du sein, la grève de tétée ou la reprise de l’allaitement ! La brochure est très « visuelle » et offre des réponses brèves, claires, même si, assez souvent, elle renvoie à un professionnel compétent en allaitement ou une association de soutien à l’allaitement (dont les adresses se trouvent en fin de livret). Le « hic » dans ce cas, ce sont parfois de légères variations entre les données du livret et ceux disponibles sur les sites des associations mentionnées... Pour exemple, la vitamine k qui doit être donnée « pendant toute la durée de l’allaitement exclusif au sein » mais dont le prise est plus mitigée sur le site lllfrance.org ou le « lait sorti du réfrigérateur qui doit être conservé dans l’heure qui suit »… version très différente de celle du « Petit mémo de conservation à l’intention de la personne qui garde le bébé » du site LLL France. Peut-être est-ce dû à la nécessité de réponses brèves pour ce guide ? Pour moi, le seul vrai point noir de cette brochure se trouve dans une toute petite phrase, page 25 « En résumé : laissez votre enfant au sein tant qu’il tète de façon « efficace ». » (c’est-à-dire, en « succions nutritives », comme le précise le livret à la page suivante). Conseil qui se trouve en opposition claire avec la page 42 : « Mon bébé pleure, que se passe-t-il ? (…) Il a peut-être besoin d’une tétée câlin ». Et rendra les parents « chèvres » devant cette énigme : que donner à un petit qui a un « besoin de succion (…) très important les premières semaines » mais à qui « il n’est pas conseillé de (…) donner une tétine » ? (p. 27) La version du livret précédent « Le choix d’allaiter », p. 11, aurait sans doute pu être reprise pour plus de clarté. Petit regret également à propos du chapitre sur la diversification qui recommande de ne pas la commencer avant 6 mois mais parle, pour de nombreux aliments, dans le tableau qui suit d’un « début de consommation possible » dès 4 mois … Mais là, on va dire que je pinaille !!! Cela dit, ne boudons pas notre plaisir ! Ce guide est une mine d’informations bien utiles qui commence par une introduction sans aucune des références « classiques » à l’OMS et déclare « Le Programme national de nutrition-santé (PNNS) recommande un allaitement maternel exclusif pendant six mois révolus (l’allaitement peut être poursuivi ensuite, avec des aliments complémentaires, jusqu’à deux ans voire davantage) » et conclut « le lait maternel est un aliment unique, de qualité irremplaçable, et ses caractéristiques ne se retrouvent pas toutes dans les « laits infantiles » du commerce ». Voilà qui est très clair ! De même, la première raison d’allaiter n’est plus médicale mais affective : « Vous établissez un lien privilégié ».

Cette brochure est donc à diffuser largement !

3 réflexions au sujet de « L’INPES publie un guide de l’allaitement maternel »

  1. Super ce petit livret, malgré quelques petites erreurs par çi par là mais a diffuser autour de nous, j’en ai commendé une vingtaine .

  2. Bonjour Marion et merci de ton commentaire !

    Je le trouve très intéressant car il expliquerait cette « contradiction ». Je dirais même que je suppose que c’est ce que la brochure a voulu dire…

    Malheureusement (ou heureusement !), la phrase peut être lue de deux façons différentes, alors…

  3. Je ne pense pas que la phrase « laissez votre enfant au sein tant qu’il tète de façon « efficace » » veuille dire qu’une fois cette tétée efficace il faille enlever l’enfant du sein absolument. Ce qui serait en effet en contradiction avec la 2ème phrase « Mon bébé pleure, que se passe-t-il ? (…) Il a peut-être besoin d’une tétée câlin ».

    Je comprend en revanche qu’il ne faut pas retirer l’enfant du sein avant que cette tétée efficace soit terminée. Ce qui est vrai…
    Cela n’empêche en rien de laisser son bébé au sein un peu plus ou même de le mettre au sein juste pour un câlin, pour le calmer, pour assouvir son besoin de succion.

    Ce n’est que mon interprétation.

Répondre à Julie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *